Style exercises / Exercices de style

Publié le par miss link

Just read parts of Raymond Quenau's "Exercices de Style". And felt inspired and amused... So here goes. And this might go on for the next few days.

Story.

When I woke up, the dogs were barking. There was a lot of noise outside. It was still dark though, so I looked at the clock and noticed that it was only 5am. I got up, went to the window and pushed the curtain aside to look at what was going on outside.
There were five people in the yard, shouting at each other, and at least one of them was a policeman. My neighbour's two dogs were barking and jumping and groaning. The whole thing was a mess.
I went back to my night stand, opened the drawer and took my earplugs. I put them in, and went back to bed to try and finish my night.


Anger

Those dogs. They woke me up again. I couldn't believe it. They were going crazy right in the common yard! Right outside my door basically. I hate these dogs. They are small, sweat-smelling, aggressive and yappy little runts. And they weren't calming down!! So I got up, grabbed the dog repulsive spray I kept handy, and went to the window. I looked out and saw that the neighbours were fighting with cops and other people. Bloody hell, I thought. I really struggled to not go out and scream at the whole lot that it was 5am for God's sake and would they please let honest people sleep in peace.
But I didn't want trouble with the cops so I let it go and threw a punch in the wall instead. Earplugs, I thought. At least I won't hear them bastards anymore.



Donc, dans l'esprit des Exercices de Style de Queneau, voici l'histoire et les variations.

Récit

Les aboiements des chiens me réveillèrent. Il y avait beaucoup de bruit dehors.
A peine réveillé, je remarquai qu'il ne faisait pas encore jour, et regardai le réveil: 5h du matin. Bizarre. Je me demandais ce qui pouvait bien se passer dans la cour intérieure du bloc d'appartements, et me levai pour aller voir.
Je soulevai un coin du rideau et vis cinq personnes dans la cour, en train de se disputer à grand renfort de cris.
Il y avait là au moins un policier, et la lumière bleue du girophare éclairait chacun des participants à tour de rôle. Les deux chiens du voisin étaient comme fous, à grogner, aboyer et sauter comme si la vie de leur maître en dépendait.
Je retournai jusqu'à ma table de nuit, et pris dans le tiroir ma paire de bouchons d'oreilles, espérant qu'ils m'aideraient à finir la nuit au calme.


Suprise

J'étais tranquillement en train de dormir quand un bruit me réveilla en sursaut. Des aboiements de chiens! Incroyable! Mais quelle heure était-il donc? Eh oui, pas plus de 5h du matin, après vérification sur le réveil! Enfin quand même que pouvait-il bien se passer? J'allais à la fenêtre et j'entendis des hurlements, des cris, des mouvements, avant de voir que c'était mon voisin! Avec d'autres gens! Et même des policiers!! Une voiture de police garée dans la rue et tout!! Eh bien c'était bien la première fois qu'il y avait autant d'animation dans la cour intérieure à une heure pareille!! Et les chiens! Comme fous!
Mon pauvre coeur n'allait pas tenir s'il y avait des développement plus violents alors je décidais de finir ma nuit au calme avec mes fidèles bouchons d'oreilles. Quelle aventure quand même!

Publié dans Ecriture

Commenter cet article

cri2crou 28/02/2010 17:43


superbe! mais ce n'est qu'un pas sur les traces de Queneau!!! les bouchons d'oreilles tenant lieu de bouton de pardessus!!
Continue!