Philip part 3 / Lucie 3ème partie

Publié le par miss link

Philip Part 3

He shook himself up and came back to the present moment. He took a sip of the coffee, that had gone lukewarm in the meantime already. What was he going to do. He thought about his options for the day. It was still really early. He could go back to bed and maybe read a bit.

He could try and look on the internet for jobs, for the 20th time this week.

He could call his mother – no, it was still too early for that.

He could go for a walk. Ah yes! That felt good. Animated with a sudden passion, he gulped the rest of his coffee, got up and almost ran to the bathroom to get dressed. He put on his shoes, and dashed out of the house. As he locked the door, the sensation of the fresh morning breeze on his neck brought a smile to his face. He took a deep breath in, and exhaled slowly. He felt better already. He walked down the stairs, and started to walk on the street. The day was slowly getting brighter, and felt milky and grey so far. The street lights were still on, and he looked at the orangy glow, noticing how gloomy they made the whole atmosphere. He walked on, past the bakery, past the little Indian shop, past the post office, and found himself in front of the park gate. It was almost 7am by then. The park wasn't open yet. He stood in front of the gate, looking at the little brass that showed the opening times: 7am – 9pm.

He decided to stay in front of the gate until the opening time. It was only going to be a few minutes, after all. And soon enough, he heart the sound of a scooter roaring toward the gate, from inside the park. A chain rattled, and soon the gate opened, revealing a place still plunged in darkness, with trees, lawns, and benches. Philip looked at the employee who got on his scooter and whirred away, with his dark helmet and leather gloves. He walked into the first alley on the right, found a bench and sat down on the cold damp wood.

 

More tomorrow!



 

Lucie 3ème partie

 

Lucie et Gilles sortirent donc du bureau, traversèrent l'usine, puis l'accueil, et se retrouvèrent devant le bâtiment. Ils n'avaient pas échangé un mot depuis la machine à café, comme s'ils étaient liés par un accord muet de ne rien dire tant que des oreilles étrangères seraient dans les parages.

« Que diriez-vous d'un petit déjeuner chez Charles? J'ai un rendez-vous à 10h, mais jusque là je suis relativement libre. »

Gilles acquiesça de la tête, et ils se dirigèrent tous deux vers le café en face de leur entreprise. Dès leur entrée la serveuse leur fit un petit signe de tête. Elle connaissait bien les employés des usines et entreprises de la zone industrielle, et Lucie et Gilles étaient des clients réguliers, surtout pour les déjeuners. Un peu surprise de les voir si tôt, elle se précipita vers la table isolée qu'ils avaient choisie, et pris leur commande pour un café au lait et un croissant chacun.

Dès qu'elle fut partie, Gilles se racla la gorge. Lucie le regarda intensément, et entama la conversation. « Quand est-ce que votre femme vous a parlé de divorcer? »

Gilles baissa les yeux. « La semaine dernière quand je l'ai confrontée à son infidélité. Cela faisait quelques semaines que j'avais des soupçons, mais j'ai l'impression que ça fait un moment que ça dure. Elle s'est mise sur la défensive, et a aussitôt contrattaqué avec mes absences répétées à cause du boulot, mon manque d'intérêt pour elle ou sa vie ou notre fille, et m'a menacer de divorcer. »

« Vous l'aimez toujours, Gilles? »

« Oui. Mais c'est vrai que j'ai été en dessous de tout par rapport à elle. Je l'ai laissée assumer la charge de notre fille, je ne me suis même pas rendu compte de ses problèmes d'anorexie alors que ma femme l'a déjà emmenée voir plusieurs spécialistes. J'ai été prisonnier de mon boulot, j'ai oublié ce qui était vraiment important. »

 

La suite demain!!

Publié dans Ecriture

Commenter cet article