Philip part 1 / Lucie 1ère partie

Publié le par miss link

Philip woke up early. He checked his watch, and was amazed to find that it was only 5:30am.

He tossed and turned a few moments in bed, trying to get back to sleep, but to no avail. He was awake and that was it. His eyes were wide open, without any of the tingling sensations he usually got when he woke up too early.

It was still dark outside so he switched on the light on his bedside locker, and thought about the day ahead. Work, work, work, yes he should really try and find some work. He ran his hand on his face, and wondered where to start yet again. He was getting fed up with the unending round of unemployment office, adapting and sending resumes, interviews if he was lucky, and rejections. It felt like some kind of crual dance, or a game of musical chairs where he would always be the first one to lose. He wondered if things could be different.

He got up and walked wearily to the bathroom. He put some toothpaste on his old green toothbrush, and started brushing his teeth, avoiding carefully his reflection in the mirror. He hated looking at himself before shaving. And so he thought, what would he like to do if he could really choose? If he didn't have the pressure of the rent and bills and groceries to pay. If he was really free. He spat out the toothpaste, turned on the tap and rinsed his mouth. Maybe he could do what he wanted some day. He grabbed his bathrobe, put it on while walking to the kitchen, and prepared some coffee.

He sat down at the kitchen table and looked out at the grayish color of the new day. The light was dirty, a bit depressing, and he felt like diving straight back into bed. He tried to resist that urge as much as he could, as he knew that would mean not getting up before 12pm, and he wanted to do something out of this day, no matter how uninviting it felt.

 

More tomorrow!!

 


 

Lucie ouvrit la porte de sa voiture d'un geste décidé. Elle remonta légèrement sa jupe, et mis une jambe, puis l'autre sur le siège du conducteur. Elle démarra avec un sourire sa BMW, écoutant avec plaisir le son doux et harmonieux du moteur. Elle savait qu'elle pouvait compter sur sa voiture. Son carrosse, comme elle l'appelait. Elle alluma la radio, augmenta le volume en appuyant sur la commande du volant, et appuya sur le bouton pour mettre en marche le chauffage de son siège. Elle appréciait ce petit confort, en particulier en cette fin d'hiver qui semblait traîner en longueur.

Puis, elle tendit les bras, se cala dans son fauteuil, et appuya d'un mouvement brusque sur l'accélérateur tout en lâchant l'embrayage. La voiture hoqueta légèrement, puis s'élança à l'assaut des trente kilomètres qui la séparaient de son travail.

Elle arriva dans le parking de l'entreprise pour laquelle elle travaillait un peu avant 8h30, et elle choisit une place assez éloignée de l'entrée du bâtiment, histoire d'avoir l'occasion de marcher un peu. Elle passa l'accueil à 8h30 précises, salua les réceptionnistes, déjà occupées, un casque sur la tête, à transferrer leurs interlocuteurs à différents postes internes. Lucie traversa la grande usine pour atteindre son bureau. Elle fit un geste amical de la tête aux ouvriers qui la saluaient d'un "Bonjour Madame Lamient" jovial. Elle salua son chef direct à côté de la machine à café, et lui demanda d'un ton léger des nouvelles de sa famille. Elle souleva la cafetière, et remplit un verre en plastique du liquide noir brûlant.

"En fait, Lucie, ça va pas très fort en ce moment."

Lucie leva les yeux de son verre avec un soupçon d'effarement. Jamais son chef ne lui avait parlé aussi directement de lui. Elle remarqua les yeux cernés, le teint grisâtre de son supérieur et demanda avec toute la compassion dont elle était capable: "Vraiment? Qu'est-ce qui se passe?"

"Ma fille de 16 ans est anorexique, ma femme me trompe et parle de divorce."

Abasourdie, Lucie resta silencieuse un moment. Son chef, cet homme rompu aux pratiques des multinationales et du monde du business, manager depuis plus de 15 ans, venait d'enfreindre une des quelques règles tacites d'or du monde professionnel.

Elle hésita pendant quelques instants quant à la voie à suivre.

 

Et la suite demain!!

Publié dans Ecriture

Commenter cet article